Le 15 juin 2017, Voyager Vrai organisait une première présentation de son concept autour d’un cocktail convivial aux saveurs de la Martinique. Cet évènement a eu lieu à la Bab’s Galerie à Paris. Nous avons souhaité commencer à faire voyager nos convives à travers l’exposition d’une sélection des superbes photos de la Martinique réalisées par le photographe Christophe Nzéza.

A travers cette exposition baptisée Le début du Voyage”l’artiste a voulu nous apporter son propre regard sur la Vraie Martinique et nous faire vivre les émotions ressenties là-bas en prenant chacune de ces photos.

Christophe Nzéza

Christophe Nzéza

Ces clichés exceptionnels et différents des images habituellement véhiculées sur la Martinique, sont un réel plaisir pour les yeux. C’est pourquoi j’ai souhaité les partager ici. J’espère qu’ils vous toucheront autant que moi.

L’artiste a accepté de répondre à quelques questions. Un bon moyen de découvrir son univers et de mieux comprendre ses photos.

Christophe Nzéza, qu’est ce qui te caractérise le plus ?

On dit généralement de moi que j’ai un caractère avenant, engagé et constamment inspiré dans mon art.
En cela, je considère depuis très jeune que les dispositions que chacun porte, doivent absolument être développées pour s’assumer pleinement.
Elles permettent alors de mener une vie en plénitude. Cela donne constamment accès à des expériences extraordinaires avec son entourage. C’est ainsi qu’arrive l’inspiration.

Quelles ont été les étapes importantes dans ton apprentissage de la photographie ?

Le déclic

Le déclic et la passion pour la photographie me sont venus à la Martinique lorsque j’étais adolescent. J’essayais alors de retranscrire en photo la beauté d’un hibiscus dans un jardin public à Saint-Pierre.

Depuis ma jeune enfance je suis fasciné par la lumière et ses effets, et les grands espaces. Et ce, au point de toujours tout observer et analyser.

Rochers du carbet – Je recherchais une image complètement sauvage et puissante du Carbet où je me baignais régulièrement étant jeune. La force de l’image s’acquiert alors en prise de vue en ras de sol à distance proche du sujet dominant et répétitif dans la photo.

L’école de photographie

Au début des années 2000, alors que j’étais responsable qualité dans une firme automobile, j’étais déjà auteur photographique. J’ai souhaité parfaire ma technique pour en faire mon métier. J’ai donc intégré une grande école de photographie pour poursuivre mon rêve. Mon stage à l’Agence France Presse m’a fait prendre conscience que je photographierai éternellement, quel que soient les sujets !

J’ai ensuite pu travailler aux côtés de grands photographes éditant des ouvrages de sites naturels d’exception en France et dans le monde entier.

Les galeries, les salons d’art et les magazines

J’ai donc démarré mes premières expositions en galeries et en salons d’art sur des thèmes particulièrement naturalistes, et urbains également. J’ai ensuite collaboré pendant plusieurs années en photographie de magazine de mode et beauté noire.

Quand as-tu commencé à t’intéresser la Martinique et à ses richesses ?

J’ai commencé à m’intéresser à la Martinique dans les années 2000. C’est marrant, car c’est d’abord la Guadeloupe qui a attiré mon attention. J’ai sillonné et photographié cette île à l’occasion de plusieurs séjours dans les années 90. Ce fut très formateur !

C’est par la suite que je me suis intéressé aux beautés de la Martinique. J’y ai réalisé des supports d’illustration de projets locaux et des œuvres photo.

îlet Madame

îlet Madame -J’ai été guidée par la beauté sauvage, primitive et très graphique de ce plan.

Îlet MadameCette photo a été prise après un après-midi de sentiment de repos et de bien-être sur les îlets du François. Je souhaitais alors retranscrire la beauté et la quiétude de l’Îlet Madame.

Qu’est ce qui inspire Christophe Nzéza en Martinique ?

Mes racines maternelles sont martiniquaises. Je connais l’île dans ses moindres recoins. Ses multiples facettes sont pour moi des sources d’inspiration. De plus, la Martinique est tout simplement exceptionnelle dans sa biodiversité et ses paysages. Tout cela m’inspire naturellement et me revitalise.

Pitons du Carbet

Pitons du Carbet – Cette photo a été prise après plusieurs temps d’observation des Pitons. Ils représentent l’incarnation de la Martinique, comme la Montagne Pelée, le Morne Larcher et le Rocher du Diamant. 
Je capte leur vision et leur pouvoir impressionnant, de près à Verrier-Bellefontaine ou sur l’autre versant au Morne-Vert, ou de loin comme ici à Schoelcher.

Macabou

Macabou – Le déplacement à Macabou est comme mythique tant cet endroit immense d’évasion totale est difficile d’accès. Cette photo a été conçue graphiquement pour révéler la force de l’endroit avec sa vision apocalyptique causée par le vent permanent de la côte-est.

Que représente le concept VOYAGER VRAI pour toi ?

Le concept de VOYAGER VRAI est tout simplement une évidence pour moi !

Il correspond à ma façon de découvrir les régions et pays que je parcours, pour ramener des images.

VOYAGER VRAI cherche à faire vivre aux voyageurs cette authenticité que je veux leur montrer à travers mes photos.

Tambouyé

Tambouyé – J’aime capter les instants forts de recueillement, de concentration ou d’expression.
Il faut exécuter rapidement  en prenant soin du cadrage et de la composition. C’est ainsi qu’on peut obtenir une bonne retranscription et satisfaction d’image. Cette photo est magnifique par ce qu’elle procure.

Que cherches-tu à montrer à travers l’exposition « LE DÉBUT DU VOYAGE » ?

“Le début du voyage” est un partage et une invitation à découvrir des éléments simples de sites naturels de la Martinique. Ces derniers revêtent une esthétique d’emblée ou à observer, avec un pouvoir d’émotion et d’émerveillement simples, forts et authentiques.

Ajoupa-Bouillon

Ajoupa-Bouillon – L’effet orageux est pour moi magnifique à observer avec les nuances qu’il offre dans le ciel et avec une saturation des couleurs aux avant-plans et dominante grise aux arrière-plans. Pour capter ces effets il faut réaliser en début ou en fin d’ondée tropicale avec la diffraction des rayons du soleil. L’instant est alors toujours plus magnifique pour moi, comparé à la photo que j’en rapporte, bien que satisfaisante.

Feuille de raisinier

Feuille de raisinier – Je recherche sans cesse la force et la beauté de représentation d’éléments de nature. Il apparaissent comme des objets décoratifs. Ils m’amènent dans le même temps à une découverte et à un intérêt permanent en documentation de diversité botanique avec feuilles, arbres, fleurs, plantes, etc.

Végétaux

Végétaux

Appel
Devis