La semaine sainte marque la fin de la période de Carême.  Celui-ci a commencé juste après le Carnaval (mercredi des Cendres) et s’étale jusqu’au dimanche de Pâques. La religion catholique est très présente aux Antilles. Elle fait partie de la vie quotidienne, fournissant la base spirituelle pour chaque geste, événement ou cérémonie. La période de restriction et de privation du carême est donc très respectée.

Crédit photo : Pierre-Etienne Vincent

 

Vendredi Saint : Chemin de croix, et accras.

Le vendredi saint étant un jour férié, beaucoup d’antillais se retrouvent pour commémorer la passion du Christ le long des chemine de croix. Il s’agit d’une tradition particulièrement suivie. Après une journée de jeune et de restrictions, les familles et amis se retrouvent pour fêter la fin du Carême en partageant toute sorte d’accras : accras de morue, accras de titiri, accras de légumes, accras de fleurs de moringas, accras de crevettes. A chacun sa recette.  Derniers moments de jeunes du Carême. Et oui, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les accras composés essentiellement de farine et d’eau, symbolisent le jeune aux Antilles…

Crédit photo : Pierre-Etienne Vincent

 

Dimanche de Pâques : traditionnel « Matoutou Crabes »

Le samedi Gloria marque officiellement la fin du Carême. Les antillais en profitent pour reprendre progressivement une vie plus libre et plus festive. Le dimanche et le lundi de Pâques à quant à eux ont une saveur toute particulière grâce au plat traditionnel le « matoutou crabes » ou « Matété crabes »

Le crabe était une viande consommée par les amérindiens (Arawaks et Caraïbes) premiers habitants des Caraïbes. Ils les préparaient dans une sauce à base de piment et de jus de manioc. A leur arrivée sur les îles, les colons eurent du mal à s’adapter à cette nourriture et reléguèrent donc le crabe à une « nourriture pour esclaves ».  Une fois les esclaves arrivés en Martinique, ils étaient forcés de se convertir au christianisme et étaient baptisés. Dans le respect de la tradition du carême qui interdisait la consommation de viandes « grasses », les esclaves se voyaient confier pour se nourrir une importante quantité de crabes considérés comme une viande maigre. Les viandes grasses étaient les viandes bovines et les volailles tandis que les viandes maigres étaient le poisson et les crustacés.

Ainsi, les esclaves consommaient tout au long du carême des crabes. Le dimanche de Pâques, ils se réunissaient pour finir l’important stock sachant qu’ils pourraient à nouveau consommer toute sorte de viande. Depuis, cette tradition a été préservée et le crabe est devenu le plat traditionnel de Pâques à la Martinique aux Antilles.

Crédit photo : Je cuisine créole

Appel
Devis